Vente hôtel particulier Aisne - Vente hôtel particulier Soissons
 HÔTEL PARTICULIER A VENDRE AISNE -  HÔTEL PARTICULIER A VENDRE SOISSONS

Vente hôtel particulier Hauts-de-France
CLOVIS immo , agence immobilière à Soissons, depuis 2006

Si vous avez un hôtel particulier à Soissons dans l'Aisne,
dont vous souhaitez faire l'estimation, ou un hôtel particulier déjà en vente
sur le secteur de Soissons ou de ses environs ou dans l'Aisne ou limitrophe,
un hôtel particulier à vendre en Hauts-de-France, 
contactez l’agence CLOVIS immo qui est spécialisée en
estimation et en vente d'hôtel particulier de charme et maison de charme.

En fonction des caractéristiques de
votre hôtel particulier et
 de son prix de vente, notamment si le prix de vente de votre

hôtel particulier est supérieur à 400 000 €, 
il pourra être proposé sur le site www.clovis-immo.fr
et/ou sur le site de l'agence immobilière dédié
aux Propriétés et aux Bâtisses de caractère, Propriétés Clovis.


Visitez le
site de l'agence immobilière pour les
Propriétés & Bâtisses de caractère
www.proprietes-clovis.fr

L'agence dispose de relais partout en France car elle
travaille
notamment pour l'estimation et la vente de biens immobiliers
de luxe et de prestige en étroite collaboration
et en partenariat avec d'autres professionnels 
indépendants ou enseignes nationales ou internationales
de l'immobilier de luxe, de telle sorte que votre propriété
puisse le cas échéant être travaillée en complémentarité
 par délégation de mandat auprès d'un ou deux partenaires
exclusifs de l'agence qui restera cependant votre principal interlocuteur
pour le suivi de la mise en vente de votre propriété.

Rapprochez-vous de l'agence pour :
 
Une estimation de votre hôtel particulier

Mettre en vente votre hôtel particulier et confier un mandat de vente

Coordonnées de CLOVIS immo
Envoyer un message à CLOVIS immo



Hôtel particulier
Un hôtel particulier est un type de logement que l'on trouve en France et en Belgique, consistant en une maison luxueuse et vaste bâtie au sein d'une ville, en principe sur plusieurs étages, conçue pour n'être habitée que par une seule famille (ainsi que son personnel de maison en général). Contrairement aux maisons de ville ordinaires qui se caractérisent, de chaque côté, par un mur mitoyen avec les constructions voisines, et qui donnent directement sur la voie publique, les hôtels particuliers sont généralement bâtis de manière indépendante, c'est-à-dire en retrait de la rue, une cour séparant le porche d'entrée du logis des maîtres.  Grandes demeures à étages construites entre cour et jardin, elles servent plus pour leurs propriétaires à tenir leurs rangs que manifester leurs richesses.  C'est l'aboutissement d'une longue évolution de l'habitat noble urbain commencée dès le XIVe siècle à Paris, à la recherche d'un mode de vie raffiné et de l'« esprit de la demeure française ».  Les encyclopédies du XVIIIe siècle distinguent les demeures en fonction du statut social : maison d'un bourgeois, hôtel d'un seigneur, palais d'un prince ou d'un roi.

Le terme de ce processus architectural est traduit par les canons de l'hôtel du XVIIIe siècle. Ceux-ci sont les suivants :
- Porche avec porte cochère ouvragée sur rue (souvent en demi-lune) avec au-dessus le nom du propriétaire inscrit sur une plaque noire, le décor étant concentré sur les parties hautes (clef d'arc avec mascaron, cartouche, etc., consoles finement sculptées soutenant le fronton).
- Cour d'honneur pavée carrée, rectangulaire ou ovale, encadrée de communs (bâtiments souvent plus bas que le corps de logis) abritant écuries, cuisines, buanderie, chambres des domestiques, etc.).
- En fond de cour, le logis (dans l'axe de la porte cochère) dont la façade est souvent animée par un avant-corps central mettant en évidence la ou les travée(s) axiale(s), souvent précédé d'un perron et couronné d'un fronton.
- Ce logis est généralement de deux niveaux sur sous-sol avec comble brisé, coiffé d'un toit à croupes, à la Mansard, avec lucarnes à linteaux bombés.
- Les colonnes et pilastres disparaissent au profit des larges calages à refends et des bandeaux séparant les étages ; les parties sculptées étant le plus souvent réduites aux éléments centraux des linteaux en arc de cercle, dans le registre rocaille puis néo-classique.
- Le vestibule permet d'aller au rez-de-chaussée ou à l'étage noble selon les plans.
- Le grand appartement de réception (scindé en « salons de parade » et en « salons de société » pour les amis) se distingue des appartements privés.
- Le côté jardin, en perspective des croisées des pièces les plus intimes de la maison, jardin à la française avec statues, bustes, degrés, parterres, etc., ou déjà à l'anglaise.

Notons que souvent à Paris, l'axe central sur jardin ne correspondait pas à la travée centrale sur cour, afin de ménager en limite de la cour d'honneur une seconde cour, dite 'basse cour', réservée aux fournisseurs et aux travaux des domestiques. De même, on trouve fréquemment à Paris, du fait de la cherté du sol, un des flancs de la cour d'honneur non construit, mais non mur aveugle, car décoré comme l'autre mur latéral de portes et fenêtres, mais factices ; on le nomme : 'mur renard'.
C'est généralement l'expression en français « hôtel particulier » qui est utilisée dans les autres langues pour désigner ce type d'habitation.
Source : Article Hôtel particulier de Wikipédia en français (auteurs)


« Acheter de l’immobilier n’est pas seulement le meilleur moyen, le moyen le plus rapide, le moyen le plus sûr, mais également la seule façon de devenir riche. » Marshall Field.
Marshall Field est un chef d'entreprise américain. Il est l'archétype du capitaliste du XIX? siècle. Il a cultivé une certaine philanthropie au cours de sa vie. Sa fortune est immense : à l'époque où un employé de base gagne dix dollars par semaine, ses revenus annuels s'élèvent à 40 millions de dollars.